S’occuper des invendus saisonniers : c’est maintenant ! Voici pourquoi

Les invendus saisonniers sont une problématique récurrente dans la distribution. Découvrez comment s'en occuper dès maintenant.
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

Magasins fermés, entrepôts aménagés, livraisons limitées : les mesures publiques ont placé les entreprises dans une situation vraiment délicate. Des domaines d’activité comme le bricolage, le textile, ou l’habillement, se préparent à d’importants surstocks.

Certes indispensable, la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai risque d’avoir des conséquences ravageuses pour les acteurs du retail.

La problématique est double :

  • La chute drastique du chiffre d’affaires est difficilement compensée par l’e-commerce
  • … et s’accompagne d’un brusque gonflement des stocks (résultant du ralentissement de l’activité).

Il est impératif, dès lors, de se réorganiser. Et en particulier, de gérer les excédents.

C’est faisable, maintenant. Mais quelle stratégie appliquer ? Par quel bout prendre, notamment, la problématique des invendus ?

Les grandes enseignes sur le pont

Marques et retailers se mobilisent dès à présent.

Les habitudes de consommation changent à vitesse grand V, et les entreprises doivent
s’adapter. D’après une étude réalisée par Kantar et Detail Online 
[1], « le taux de consommateurs qui effectuent 50% et plus de la totalité de leurs achats en ligne a drastiquement augmenté dans les trois plus grands marchés de l’e-commerce (en Europe : France, Allemagne et Grande Bretagne) ».

C’est le branle-bas de combat. Les industries de la mode mettent le paquet sur l’activité e-commerce. Les enseignes de bricolage comme Castorama, Brico dépôt ou Leroy Merlin proposent un nouveau service « Click and collect », aux particuliers comme aux professionnels. Le retrait se fait sur le parking, avec un créneau horaire précis, et le client reste dans son véhicule pendant qu’on lui amène la marchandise. « Comme dans un drive classique », précise Leroy Merlin [2] .

 

La problématique des invendus saisonniers

Qu’en est-il des produits saisonniers ? Le problème, ici, consiste à déterminer le niveau de maturité des stocks permettant de considérer une marchandise comme invendue.

Or, de nombreuses marques enregistrent des baisses de chiffres d’affaires considérables. « Nous allons connaitre des difficultés au moins pendant deux ans », anticipe le président de la fédération française du prêt à porter féminin, Pierre-François le Louet [3].

C’est une évidence : la saison en cours, printemps-été 2020, ne sera pas bonne. Une seule solution, dès lors, pour éviter d’accumuler les invendus. Il faut, dès à présent, reconsidérer son niveau de maturité produit, et déstocker le plus rapidement possible

Préparer, dès aujourd'hui, la sortie de crise

A partir du 11 mai, la vie économique devrait progressivement reprendre son cours [4]. La course contre la montre est enclenchée : il reste 4 semaines. Une chose est sûre : les articles de mi-saison seront difficiles à écouler.

Les commerçants ont donc demandé un report des soldes d’été [5]. Quelques semaines de plus pour vendre les produits au prix normal seraient bien nécessaires pour refaire de la marge et retrouver de la trésorerie.

Les soldes, en tout cas, ne suffiront pas à rattraper les pertes. « Il va nous manquer au minimum 45 jours de vente sur une saison de cinq mois » [6], indique Henry Appelstein, de l’enseigne LolaLisa. Philippe Bertrand, patron de la fédération de l’habillement, estime de son côté « que, cette année, nous allons perdre 50% de notre chiffre d’affaires » [7].

Le secteur de la mode travaille déjà sur l’hiver 2020 et sur les collections printemps/été 2021, dont il faut engager dès aujourd’hui la création des modèles et ce avec des trésoreries au plus bas. « L’urgence, c’est de gérer ces encours, car nos adhérents ont engagé des frais. Nos entreprises sont bien sûr prêtes à négocier pour trouver des solutions [8] », note la présidente du syndicat parisien de la mode, Adeline Dragent.

Dans un tel contexte, répétons-le : les produits en stock représentent un actif non-négligeable, qu’il importe d’optimiser et d’écouler. Un objectif essentiel des prochains mois sera assurément de récupérer le plus de valeur possible sur ces invendus.

C’est ici que Stocklear peut vous aider. Vous cherchez à compenser un CA en chute ? Nous vous offrons aujourd’hui une solution parfaitement adaptée en matière de contrôle des stocks : une marketplace B2B permettant aux retailers d’organiser, et d’optimiser la distribution de leurs invendus. Stocklear permet ainsi aux entreprises :

  • De vendre très rapidement leurs invendus (Set up en 48 heures)
  • D’augmenter le cash recovery grâce à la mécanique d’enchère.

Vous désirez en savoir davantage ?

Découvrez comment vendre vos surstocks simplement.

[1] Société d’audit spécialisée dans l’e-commerce 
[2] Source LP/Arnaud Dumontier (2020, Mars,24)

Coronavirus : les enseignes de bricolage fermées se mettent au drive. http://www.leparisien.fr

[3] Source LP/Arnaud Dumontier (2020, Mars,24) Coronavirus : les enseignes de bricolage fermées se mettent au drive. http://www.leparisien.fr 

[4] On le sait : le déconfinement sera progressif et sélectif : toutes les enseignes n’auront pas les autorisations nécessaires pour rouvrir (il est encore trop tôt pour se prononcer).

[5] Fixés initialement au 24 juin

[6] Source Charlotte Mikolajczak. (2020, avril 02) Report des soldes : “Il faut se faire une raison , la saison d’été est fichue” https://www.lalibre.be/

[7] Source Philippe Bertrand. (2020, Avril 08) Pour le patron de la fédération de l’habillement, « il faut une « loi Egalim » pour le secteur de la mode » https://www.lesechos.fr

[8] Source Dominique Chapuis. (2020, avril 08). Soldes, prochaines collections, stocks : le coronavirus sème la zizanie dans la mode. https://www.lesechos.fr

Vous avez des problématiques d'invendus?

Découvrez les solutions digitales que nous avons développée pour vous ⬇️

 

 

 

 

 

Reprenez le contrôle sur la distribution de vos invendus et retours clients