Linéaire vidé

Le déstockage alimentaire : comment ça marche?

Destockage alimentaire : quels sont les grands principes? qui sont les acteurs et les enjeux de cette grande tendance sociétale et économique?
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook

Les principes de base du déstockage alimentaire : les DLV, DLC et DDM

Le destockage alimentaire renvoie à tous les produits connaissant une deuxième vie, dès lors qu’ils ne font plus l’objet d’une vente par les circuits « classiques » de distribution. A partir de ce moment, ceux-ci sont vendus à des tarifs réduits comparativement au prix de vente traditionnel, ce qui permet aux acheteurs de réaliser de substantielles économies. La plupart du temps, les acheteurs en question sont susceptibles de réaliser une affaire, avec des produits qui profitent d’une qualité identique à des marchandises neuves. A partir de là, il convient de noter que les marchandises périssables en particulier portent des mentions obligatoires, de manière à mieux renseigner les consommateurs : ces mentions sont diverses, et souhaitent alerte le public de multiples manières :

  • La date limite de consommation (ou DLC) et la date limite de vente (DLV) indiquent jusqu’à quel moment le produit peut faire l’objet d’une consommation. La plupart du temps, cette mention est reconnaissable grâce à l’indication suivante : « A consommer jusqu’au XX / XX / XXXX ». Il convient de la respecter impérativement, de manière à profiter de toutes les qualités du produit avant dégradation. 
  • La date de durabilité minimale (DDM) remplace quant à elle la date limite d’utilisation optimale (ou DLUO). Ainsi, contrairement à la DLC, elle n’a qu’une valeur indicative et le produit peut continuer à être consommé après cette date sans être dangereux pour la santé. Toutefois, le produit a tendance, à partir de la date limite, à perdre progressivement ses qualités gustatives ou nutritives. Ce peut être le cas des produits secs, stérilisés ou déshydratés.

Vous l’aurez compris : l’idée qui se cache derrière le destockage de produits alimentaires est de lutter durablement et efficacement contre le gaspillage alimentaire à l’échelle de la planète. On estime ainsi que près de 1,3 milliard de tonnes de denrées alimentaires sont jetées dans le monde chaque année

Les raisons d’un destockage alimentaire

Le destockage alimentaire peut avoir plusieurs causes. La plupart du temps, il s’agit de désencombrer le stock d’une marchandise ayant perdu de sa valeur initiale. A ce titre, la date limite de vente et la date limite de consommation sont là pour indiquer que le client encourt un risque sanitaire s’il souhaite consommer ce produit. Mais il peut également y avoir des raisons « marketing » à cela. Par exemple, certains produits comme le dentifrice sont susceptibles de changer de packaging trois à quatre fois en une année seulement, bien que le produit demeure rigoureusement identique. Ce qui oblige les fournisseurs à renouveler leurs offres, générant ainsi des invendus.

Ce faisant, il existe d’autres raisons qui peuvent expliquer une opération de déstockage :

  • Des queues de promotion : dans le cas des queues de promotion (ou queue de stock), il est fait référence à des produits disponibles en quantité limitée, non-réapprovisionnés et faisant l’objet d’une promotion.
  • L’arrêt de la référence
  • Des phénomènes de sur-production

Peut-on tout acheter en destockage alimentaire ?

Le déstockage alimentaire ne concerne pas uniquement des produits de l’alimentation courante, mais également plusieurs types de boissons dont les boissons énergisantes, sodas et jus de fruits. Pour les sodas par exemple, ceux-ci peuvent faire l’objet d’une consommation de 6 à 9 mois après la date imprimée sur l’étiquette, à condition d’avoir été entreposé correctement et de ne pas avoir été ouvert. Ainsi, la durée de conservation des principales marques a tendance à varier fortement en fonction de la date limite de vente, et de la manière dont le produit a été stocké (Coca-Cola, Pepsi, Fanta, Sprite ou encore Red Bull).

 

Ainsi, pour tout ce qui concerne le déstockage à l’export par exemple, les produits alimentaires secs et produits surgelés sont favorisés. De cette manière, des quantités souvent importantes de produits peuvent être revendues à des prix acceptables dans des pays demandeurs, très souvent sous la forme d’une palette de destockage alimentaire. Ce qui inclue notamment les boissons, mais aussi les conserves, les huiles alimentaires, la confiserie industrielle ou encore la biscuiterie industrielle. Les produits « non secs » ou produits frais peuvent également faire l’objet de transactions en situation de destockage. On retrouve ainsi beaucoup d’initiatives visant à mettre à disposition des consommateurs des produits 20% à 50% moins chers qu’auprès des gammes permanentes issues de la grande distribution – en dehors des périodes de promotions. Ainsi, un grossiste destockage alimentaire peut recevoir de nombreuses denrées telles que les fruits et légumes, la volaille, le snacking ou tout ce qui relève de la charcuterie*.

Qui sont les principaux acteurs du destockage de l’alimentaire ?

Parmi les principaux acteurs du destockage de produits alimentaires, on retrouve les plus grandes marques issues de l’industrie agro-alimentaire ou de la grande distribution. Depuis 2016 et la loi contre le gaspillage alimentaire, la plupart des fabricants et des distributeurs n’ont plus la possibilité de jeter la nourriture, c’est pourquoi celle-ci est revendue avec des rabais de 25% minimum aux enseignes de destockage. De cette façon, les légumes « moches » ou les marchandises « peu désirables » peuvent être revendus à des prix réduits, sans que les marques rognent excessivement sur leurs marges.

 

Certaines enseignes sont devenues des déstockeurs (ou Outlet) à part entière. C’est le cas par exemple des magasins NOZ, où l’on peut trouver notamment de l’alimentation de marque ou non, en plus d’autres produits du quotidien. Dans le même registre, l’enseigne Frais Malin située au Mans met à la disposition de sa clientèle des arrivages de produits frais tous les jours. Ainsi et depuis la crise économique, on a vu fleurir en France pas moins de 3 000 enseignes (déstockeur alimentaire) , pour un chiffre d’affaires qui a bondi de 60% ces dernières années – jusqu’à 4 fois moins cher que dans une grande surface classique comme Auchan ou Carrefour. Les prix pratiqués par un grossiste destockage alimentaire sont également plus attractifs qu’auprès d’enseignes spécialisées en hard discount, comme Lidl ou Aldi.

Où acheter des palettes de déstockage alimentaire ?

Vous êtes à la recherche d’un grossiste spécialisé, mettant à votre disposition une Palette de destockage alimentaire ? Certains professionnels tels que Stocklear apportent une deuxième vie aux invendus, par le biais d’un système de ventes aux enchères. Ainsi, les acheteurs ont la possibilité d’accéder efficacement à des invendus des plus grandes marques et des distributeurs, ceci au meilleur prix. La plupart du temps, une palette peut être constituée de quelques produits seulement ou de plusieurs centaines de produits. Avant chaque enchère, les acheteurs disposent d’un listing précis des lots en vente, de manière à mieux appréhender l’objet de l’enchère. Ce listing mentionne en particulier la taille du lot et sa qualité, mais également le nombre de pièces. Dans le cas d’une « blind box » ou d’une « mix-palette », l’information moins précise sera cependant compensée par un niveau de prix plus bas.

 

 





Accéder aux meilleurs
lots de déstockage